Bienvenue dans notre phare-macie, l’apothicaire des collectionneurs
phares-pays-de-loire
Phare de la pointe Saint-Gildas

Phare de la pointe Saint-Gildas

En 1993, la structure en béton surmontant l'ancien sémaphore est démontée et remplacée par un pylône portant le feu actuel. C'est un pylône métallique surmontant l'ancien sémaphore, en maçonnerie de pierre, peinte en blanc. Le pylône et la lanterne sont peints en vert.


En savoir plus

mer900

16,32 €

Disponibilité : En stock

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

Attention : dernières pièces disponibles !

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Collection: phares des Pays de Loire

phare de la pointe Saint-Gildas


Matière: Résine
Taille: 7.0 x 10.0 x 9.0 cm

  • Localisation : Préfailles, Loire-Atlantique
  • Construction : 1954
  • Hauteur : 13.45 m
  • Élévation : 20.9 m
  • Portée : 14 milles nautiques

Le phare de la pointe Saint-Gildas est situé sur la commune de Préfailles. De construction récente, il balise la pointe Saint-Gildas en Pays de Retz à l'entrée sud de l'embouchure de la Loire.

Bordé par une longue côte sauvage, ce petit phare original offre une très belle vue sur l'île de Noirmoutier et l'estuaire de la Loire.

En 1861, un sémaphore est construit à la Pointe Saint-Gildas.

En 1941, un premier feu est installé sur un pylône en béton sur l'ancien sémaphore de la Pointe Saint-Gildas demandé par les troupes allemandes. L'optique provient du phare du cap Gris-Nez. En 1949, la Marine met fin aux activités du sémaphore. Mais un balisage nocturne est réclamé par les navigateurs.

En 1954, un feu provisoire est d'abord installé sur un poteau en béton situé sur un des anciens blockhaus de la seconde guerre mondiale (feu scintillant à secteurs blancs-rouges et verts). En 1958, le sémaphore étant mis à la disposition du Service des phares et balises, le feu est déplacé à l'intérieur de celui-ci, dans l'ancienne salle de veille. Un logement de gardiennage est aménagé : le feu sera gardé de 1959 à 1986, date de son automatisation. Une radiobalise y fonctionnera de 1959 à 1999.

En 1993, la structure en béton surmontant l'ancien sémaphore est démontée et remplacée par un pylône portant le feu actuel.

C'est un pylône métallique surmontant l'ancien sémaphore, en maçonnerie de pierre, peinte en blanc. Le pylône et la lanterne sont peints en vert.

Il est automatisé et télécontrôlé à partir de Saint-Nazaire.

Source: wikipedia