Bienvenue dans notre phare-macie, l’apothicaire des collectionneurs
phares-de-bretagne
Phare du Grand Jardin

Phare du Grand Jardin

Sur la Pierre du jardin près de l’île de Cézembre, la construction du phare du Grand Jardin a débuté en 1865. Sa forme, directement inspirée du 3e phare d’Eddystone, est constituée d’une base évasée à profil concave.

En savoir plus

mer426

9,24 €

Disponibilité : En stock

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

Attention : dernières pièces disponibles !

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Collection: phares de Bretagne

Phare du Grand Jardin


 

Télécharger les Phares de France dans Google Earth

Matière: Résine
Taille: 14.0 x 8.0 x 8.0 cm

  • Localisation : Estuaire de la Rance, Saint-Malo,
  • Construction : 1865 à 1868
  • Hauteur : 24.46 m
  • Portée : 15 milles nautiques

 

Sur la Pierre du jardin près de l’île de Cézembre, la construction du phare du Grand Jardin a débuté en 1865. Sa forme, directement inspirée du 3e phare d’Eddystone, est constituée d’une base évasée à profil concave. A cette époque, cinq autres phares presque identiques ont été construits : les Baleineaux (1854), Les Barges (1861), La Banche (1864), la Pierre de Herpin (1882) et le Grand-Charpentier (1887).

Le premier allumage du phare eut lieu le 15 avril 1868 avec un feu à huile varié par des éclats rouges et verts toutes les 20 secondes.

Reconstruction et modernisation

A l’été 1944, le phare du Grand Jardin fut partiellement détruit par les troupes allemandes comme la plupart des phares de la région. A la libération, on songea à le remplacer par un grand phare d’atterrissage situé sur l’ile de Cézembre, mais le projet fut abandonné.

Il fut donc reconstruit sur les plans du cabinet d’architectes malouins Henri Auffret et J. Hardion, auxquels on doit aussi la reconstruction des phares du Rosédo, des Roches-Douvres et de Rochebonne. Il est rallumé en 1950.

Son électrification débute en 1979 par l’adjonction d’un aérogénérateur.

A partir de 1982, il est automatisé et devient non-gardienné.

Source: site de la DDE du Finistère