Bienvenue dans notre phare-macie, l’apothicaire des collectionneurs
phares-de-bretagne
Phare de La Jument

Phare de La Jument

Érigé entre 1904 et 1911 grâce au legs d’un membre de la Société de Géographie de Paris, Charles Eugène Potron (400 000 francs), sur le récif d’Ar Gazec (la jument en breton).

En savoir plus

mer424

7,32 €

Disponibilité : En stock

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Collection: phares de Bretagne

Phare de La Jument


 

Télécharger les Phares de France dans Google Earth

Matière: Résine
Taille: 12.0 x 8.0 x 8.0 cm

  • Localisation : Ouessant, Finistère
  • Construction : 1904 à 1911
  • Hauteur : 47 m
  • Élévation : 41 m
  • Portée : 22 milles nautiques

 

Érigé entre 1904 et 1911 grâce au legs d’un membre de la Société de Géographie de Paris, Charles Eugène Potron (400 000 francs), sur le récif d’Ar Gazec (la jument en breton). Si la Jument avait été érigé avant le passage du Drummond Castle en 1896, le naufrage de ce paquebot anglais (297 morts, 3 survivants) ayant heurté la roche des Pierres Vertes (dans l’ouest de l’île Molène),aurait probablement pu être évité. L’erreur d’appréciation commise (de bonne foi) par le commandant ne se serait pas produite.

Le legs spécifiait:
« L’érection d’un phare, bâti de matériau de choix, pourvu d’appareils d’éclairage perfectionnés. Ce phare s’élèvera sur le roc dans un des parages dangereux du littoral de l’Atlantique, comme ceux de l’île d’Ouessant. »

Le ministère des Travaux Publics accepta cette offre généreuse. Aussitôt le Directeur des Phares et balises s’adressait à l’ingénieur en chef Willotte pour précipiter les repérages afin d’entreprendre « la construction d’un phare analogue à celui d’Ar-Men, sur les Pierres-Vertes, qui répondrait à la fois aux vues du testateur et à celles de l’Administration. »

Il fut malheureusement construit dans l’urgence en sacrifiant la solidité de l’ouvrage pour répondre au vœu du donateur. Le phare devait en effet être construit en 6 à 7 ans et il fut achevé avec 6 mois de retard, mais le legs fut quand même versé aux phares et balises. Malgré tout le feu est quand même allumé le 15 octobre 1911. Le coût total de la construction est estimé à 850.000 francs.

En décembre de l’année suivante, ébranlé par le gros temps, la tour de la Jument se met à bouger. Le mercure déborde de sa cuve. Des travaux de consolidation sont alors réalisés. On profite de l’intensification de la guerre sous-marine à partir de janvier 1917 pour éteindre le feu et entamer une campagne de renforcement de la base du phare (extinction du 28 décembre 1917 au 6 novembre 1918).

Mais ce n’est qu’en 1934, que l’ingénieur Coyne décide d’haubaner l’édifice dans le fond par trois câbles métalliques d’une trentaine de mètres de long. Puis il fallut 20 ans pour consolider la construction qui avait été un peu bâclée pour bénéficier du legs.

Il fut automatisé et quitté par gardiens le 26 juillet 1991.

Source: Phares et balises