Bienvenue dans notre phare-macie, l’apothicaire des collectionneurs
phares-de-bretagne
Phare du Stiff

Phare du Stiff

Le phare est composé de deux tours tronconiques accolées et orientées Nord-Est - Sud-Est ; celle située au Sud-Est, la plus large avec les anciens logements des gardiens, porte la lanterne datant de 1926, avec murette en maçonnerie de pierres apparentes.

En savoir plus

mer406

7,68 €

Disponibilité : En stock

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Collection: phares de Bretagne

Phare du Stiff


 

Télécharger les Phares de France dans Google Earth

Matière: Résine
Taille: 11.5 x 7.5 x 6.0 cm

  • Localisation : Île d’Ouessant, Finistère
  • Construction : 1699
  • Hauteur : 32,40 m
  • Élévation : 89,10 m
  • Portée : 24 milles nautiques


Nous sommes sous le règne de Louis XIV. En 1685 Vauban est en visite à Ouessant. Pour signaler le danger dans le Nord-Ouest de Brest, il envisage la construction de deux fanaux, l’un à l’ouest, l’autre à l’est de l’île et en confie l’étude à Seignelay, fils de Colbert. Seule la tour du Stiff à l’est sera construite en 1699 par l’ingénieur Molard, soit 164 ans avant le phare de Créac’h.

Il est un des six premiers phares construits par Vauban et un des plus anciens phares de France encore en activité après celui de Cordouan.

Le feu est allumé en 1700 mais ne fonctionnera que de manière épisodique pendant une vingtaine d’années. Après 1717, il ne fonctionne pratiquement plus jusqu’en 1920 date à laquelle le régent ordonne sa remise en marche. 

A partir de 1783 le feu est doté d’une lanterne avec système d’éclairage de 12 lampes à huile et réflecteurs sphériques métalliques et en 1831, on y installe un appareil lenticulaire et devient feu fixe de premier ordre suivant le plan d’éclairage des côtes d’Augustin Fresnel. En 1890 il reçoit le premier appareil lenticulaire du phare de Créac’h qui sera remplacé en 1926 par le système encore actuellement en vigueur.

Le phare du Stiff surprend par son aspect extérieur : deux tours tronconiques  accolées, la plus large supportant la lanterne et les anciens logements de gardiens, l’autre contenant l’escalier à vis.

Une tour radar  est érigée à côté pour la surveillance des rails d’entrée de la Manche. Electrifié en 1957, il est automatisé en 1993 ; les agents du phare du Créac’h assurant sa maintenance.