Bienvenue dans notre phare-macie, l’apothicaire des collectionneurs
phares-de-bretagne
Phare de Créac’h

Phare de Créac’h

Le phare du Créac’h ("promontoire" en Breton) situé à l’extrémité Ouest de l’île d’Ouessant fut l’un des phares les plus puissants du monde. Il est très reconnaissable avec ses bandes noires et blanches.

En savoir plus

mer405-B

9,96 €

Disponibilité : En stock

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Collection: phares de Bretagne

Phare de Créac’h


 

Télécharger les Phares de France dans Google Earth

Matière: Résine
Taille: 11.5 x 8.0 x 7.0 cm

  • Localisation : Île d’Ouessant, Finistère
  • Construction : 1863
  • Hauteur : 54,85 m
  • Élévation : 70 m
  • Portée : 32 milles nautiques

 

Le phare du Créac’h ("promontoire" en Breton) situé à l’extrémité Ouest de l’île d’Ouessant fut l’un des phares les plus puissants du monde. Il est très reconnaissable avec ses bandes noires et blanches. Son ancienne usine éléctrique abrite aujourd’hui le musée des Phares et Balises. Sept agents assurent son entretien et le suivi du télécontrôle de l’ensemble des Etablissements de Signalisation Maritime du Finistère avec une veille 24 heures sur 24.

Historique

Depuis le XVII ème siècle, les textes font état de l’intérêt qu’il y aurait de construire à Ouessant un second feu qui améliorerait la sécurité dans ces parages dangereux.
Ce n’est qu’ en 1860 qu’est signé le décret impérial qui permet la construction du nouveau phare. La pointe de Feunteun Velen dans la sud-ouest de l’île est dans un premier temps choisie pour site, mais en définitive le phare sera construit au lieu dit "CREAC’H" qui signifie "promontoire en breton".

La fin de la construction et la mise en service de ce phare datent de 1863, soit 164 ans après le Stiff.
Le phare du Créac’h avec celui de Bishop Rock en Angleterre signalent l’entrée de la Manche pour les navigateurs venant de l’Atlantique.

Allumé le 19 décembre 1863, électrifié le 4 novembre 1888, renforcé en 1901, il a bénéficié de toutes les avancées technologiques en matière d’éclairage.

A son sommet en 1987 a été installé un système d’éclairage (3 lampes de 300W) pour empêcher les oiseaux migrateurs de s’y heurter.
En 1969, le système est remplacé par 4 lampes à arc sous atmosphère de xénon développant une puissance de 1600Wchacune.

Ce système fonctionnera jusqu’à fin 1995 puis sera remplacé par 4 lampes aux iodures métalliques de 2000W.

Source: site de la DDE du Finistère